Critique : le Grand Manipulateur de Endeweld

” Le Grand Manipulateur : les réseaux secrets de Macron” essai politique de Marc Endeweld

Livre passionnant vraiment qui se dévore comme un roman policier. Sauf qu’aucun romancier digne de ce nom n’aurait l’idée de mettre dans son roman autant de personnages qui se croisent et s’entrecroisent dans un enchevêtrement si complexe qu’il en devient incompréhensible à force d’être touffu. Mais c’est ce qui distingue la réalité de la fiction : la réalité est souvent beaucoup plus complexe que la fiction.

Alors pour moi-même et pour m’y reconnaître dans ce dédale d’un monde souterrain qui m’est étranger, j’ai voulu dévider mon propre fil d’Ariane en organisant les différents chapitres écrits par Marc Endeweld en organigrammes. Et je n’ai pu résister à l’envie de les partager ici.

S’ils comportent des erreurs, il est bien entendu que j’en serais seule responsable et que ce ne fut pas volontaire.

Où l’on voit d’abord à quel point le “protégé”  “chargé de mission” Alexandre Benalla est ou était pour Macron beaucoup plus que ça. Il est au centre même à la fois de la Macronie et de la Françafrique. Alors qui des deux a fait l’autre ? Difficile à dire.

organigramme

Puis l’on voit à quel point les Macron ont su habilement siphonner tout ce que la France comptait de pouvoirs : la banque, la Franc-Maçonnerie, les grands industriels, les grandes fortunes de France, les groupes de pression mais d’abord et surtout les réseaux pré-existants, ceux de Fabius et Sarkozy. Tout un programme. On peut ( presque ) comprendre l’amertume de Hollande.

organigramme2

Enfin, où l’on voit que la Françafrique, non seulement continue d’exister mais prospère à présent dans les deux sens pour :

  • le meilleur ( les bénéfices des hommes politiques africains aussi bien que franco-français et des entrepreneurs )
  • et le pire ( le sort des peuples )

C’est ainsi que Idriss Déby peut imposer une dictature implacable au Tchad avec la complicité et le soutien de Macron tandis qu’une Yamina Benguigui adoubée tout d’abord par Hervé Bourges et Danielle Mitterrand se fait la voix en France et plus largement en Europe de Denis Sassou N’Guesso, le président du Congo-Brazaville.  Ces organigrammes ne se veulent pas exhaustifs, juste un aperçu sur une enquête complexe, menée de main de maître par Marc Endeweld.

organigramme3

Bien entendu, quand j’ai écrit ma chronique “Le Grand Forçage” en mai 2017, j’ignorais tout ça. Mais on peut dire que les recherches de Marc Endeweld nous donnent  a posteriori raison, à nous, les abstentionnistes du second tour de la présidentielle.

Mais le plus intéressant du livre intervient à la fin, à mon sens : c’est la note d’espoir. Car si les Macron ont réussi selon les propres termes de Marc Endeweld, ” le hold-up de la République”, il n’est pas sûr que leurs soutiens perdurent dans le futur : Hermand est mort, Mimi Marchand déconsidérée, Bolloré a été mis en examen pour corruption, bien des PDG du CAC 40 se sentent blessés de l’ingratitude toute jupitérienne de Macron et ne le louperont pas en 2022, ses plus proches collaborateurs et soutiens de la première heure ont pris la tangente : Sylvain Fort, Emelien, Collomb, Borloo…. et peu de chefs d’état sur la scène internationale l’admirent encore.

Le seul vrai atout de Macron pour l’heure, ce sont les dissensions parmi les quelques opposants qui lui restent.

 

Laurence Esbuiée – juin 2019

Macron président, le Grand Forçage