De la taxation des vivants et des morts

La nouvelle est tombée aujourd’hui. On ne sait plus où mettre les corps dus au coronavirus. Alors on a eu l’idée géniale de les mettre à la place de la viande dans les Halles de Rungis.  Un entrepôt du marché de Rungis a été réquisitionné pour accueillir des défunts, jusque là, que dire ? On avait même parlé de les entreposer dans les patinoires, alors les halles… pourquoi pas?

Ce qui déprime surtout, c’est d’imaginer ces milliers de corps qu’on parque sans que leurs proches aient pu leur rendre un dernier hommage, sans que les mourants aient pu dire adieu à leur famille. Ils meurent seuls et sont éjectés sitôt après. De la viande congelée quand il s’agit d’un membre de votre famille, voire même  d’inconnus… cela déprime. On n’en peut plus de cette (absence de) humanité.

Enfin, déprime, tristesse et chagrin sont sentiments de gueux. Nos élites, eux, ont vu tout le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de ce drame personnel. Admission post-mortem à Rungis ? Facturée 150 euros. Au bout d’une semaine, 35 euros par journée supplémentaire. La famille veut venir se recueillir ? 50 euros de l’heure. Et c’est sans compter les frais de succession !

                                                    C’est mieux que Las Vegas ! Gling Gling ! Par ici la monnaie !

Macron et sa clique nous avait habitués à cracher au bassinet. Nous étions déjà rançonnés. Si notre Ausweis n’est pas conforme à l’idée que s’en fait le pandore du coin, c’est 135 € l’amende. On estime à près de 80 millions d’ € ainsi récupérés par le gouvernement pour une baguette de pain ou pour avoir été donné à manger à son bétail. Et c’est sans compter les récidives qui coûtent 1500 euros. C’est ainsi que  530 000 PV furent dressés en  vingt jours de répression.

 Macron le 1e-de-cordée a compris qu’il ne s’agissait plus seulement de rendre l’usager prisonnier de la société de consommation mais de le rançonner sur tout un tas de choses qu’il estimait à tort aller de soi.

Quel potentiel, mes amis, quel potentiel ! Que de gros sous à se faire. Que de homards à déguster ! Que de jets privés à s’offrir ! Que de vaisselle présidentielle hors de prix à commander !

Voici quelques idées que je voudrais soumettre à notre Président jupitérien, au cas improbable où il n’y aurait pas pensé lui-même.

NF 11 : Pourquoi ne pas appliquer le même procédé à tous les fonctionnaires ? Puisque les fonctionnaires se plaignent d’avoir perdu une perte de leur pouvoir d’achat de près de 10 % sur les 6 dernières années, il serait bon de les taxer sur une somme qu’ils auraient dû percevoir et sur laquelle ils auraient dû payer des impôts sur le revenu, ce qui de facto n’a pas été le cas.

recettes

total

6,5 millions de fonctionnaires x 150 euros par mois de taxe supplémentaire comme pénalité de la perte de leur pouvoir d’achat =

11 milliards 70 millions par an

Objection à craindre : des grèves en masse et des syndicats en colère mais comme l’avait souligné l’ex-ministre Jean-Pierre Raffarin «  ce n’est pas la rue qui gouverne ». Et on sait à quel point Macron lui a donné raison. D’ailleurs, lui, il a amélioré le système à coups de LBD.

Objection rejetée.

Jurisprudence : d’une certaine manière, c’est déjà le cas. En effet le salaire net fiscal est toujours supérieur au net versé, du fait de la CSG non déductible et la CRDS. Donc nous payons déjà des impôts sur une somme en partie que nous n’avons pas perçue. Au nom de la solidarité, on pourrait étendre le procédé aux revenus que nous aurions dû toucher si notre salaire n’avait pas été gelé.

NF 2 : Taxe Carbone 1

Pour le moment, seul le CO2 des énergies fossiles est taxé. Mauvais plan. Ce n’est pas suffisant. Un être humain exhale à peu près 1 kg de CO2 par jour soit 365 kgs de CO2 par an. « Donc l’humain contribue à environ 8,5% des émissions de CO2 juste en respirant. »2

On peut donc envisager une taxe carbone plus élaborée que celle qui existe en ce moment. Tous les citoyens devraient payer une taxe carbone au motif du « pollueur-payeur ». Sauf les industriels, les grands financiers, les politiciens et les grands entrepreneurs qui font marcher l’économie  ( On ne peut pas trop leur en demander ; si on les taxe encore, même virtuellement, les riches vont fuir le pays, on nous l’a dit et répété )

Objection minime peut-être de la part des écologistes, plus importante de la part de la populace sans-dents. Mais on peut leur faire miroiter qu’ils peuvent racheter leur droit à polluer, comme cela se fait au niveau des entreprises et des pays occidentaux qui « achètent » le droit de polluer aux pays émergents. Par exemple, si on donne des « quotas », un non-sportif exhale moins qu’un sportif au faîte de son effort et donc le sportif pourrait racheter « des points CO2 » auprès d’un non-sportif.

Jurisprudence : d’une certaine façon, le permis à points voiture permet déjà des irrégularités de ce genre. Des seniors qui ne conduisent plus beaucoup « prennent en charge » les infractions des plus jeunes membres de leurs familles pour leur permettre de garder leurs points. Et comme nous l’avons dit, le droit de polluer s’achète ici et là sans problème.

recettes

total

Taxe respiratoire : 66 millions de Français x 10 euros ( la 1e année)

660 millions d’euros

NF 3 : Taxe Carbone 2

A cela peut s’ajouter une taxe supplémentaire dite « taxe barbecue ». 75 % des Français aiment le barbecue et certains s’y adonnent régulièrement l’été venu. Il se dit qu’environ 120 000 tonnes de merguez sont vendues chaque année en France et certainement au moins autant de saucisses, et ceci sans compter les sardines et divers poissons. Alors pourquoi ne pas taxer le barbecue ?

Objection minime si on inclut la taxe carbone 2 au prix de vente de la viande et du poisson.

Jurisprudence : il y a bien une éco-contribution pour tous les appareils ménagers. Personne ne hurle de devoir la payer. Et puis, soyons sérieux : quel besoin les sans-dents ont-ils de manger des grillades ??

Recettes Total
300 000 tonnes x 1 € par kg = 300 millions

NF4 : la taxation des propriétaires sans crédits immobiliers.

J’ai un peu honte de proposer cette solution-là vu qu’elle est dans l’air du temps et que ça fait au moins cinq ans que l’on chuchote qu’elle est dans les cartons des Ministères. L’idée est simple : pourquoi ne pas taxer les propriétaires qui ont fini de payer leurs emprunts immobiliers ? Il suffirait de leur imposer un « loyer » pour les sanctionner en quelque sorte de n’avoir plus de crédit immobilier. Le souci, c’est que le nombre de propriétaires en France est déjà l’un des plus bas d’Europe. Proportionnellement, le nombre de propriétaires en Roumanie ou en Croatie est très très nettement supérieur à celui de la France. Et puis si les sans-dents s’avisaient tous de vendre leurs biens en même temps, on aurait à faire face à une 2e crise des subprimes !

Mauvais plan. L’idée est à affiner mais …

10 millions de propriétaires sans crédits immobiliers ( estimation à vérifier) x 500 € par foyer en moyenne (pour tous ceux qui gagnent moins de 5000 € de revenus par mois ; les autres en seraient exemptés, noblesse oblige ! )

Gain : 5 milliards d’euros

J’ai bien d’autres idées à soumettre mais je craindrais de lasser la patience du lecteur. Et de fait, c’est à chacun de proposer son amendement ou des solutions idoines.

En tout cas, je suis contente de constater qu’il m’a fallu moins de deux heures pour faire rentrer plus de 17 milliards d’€ dans les caisses de l’état. Bien sûr, au vu de nos 2000 milliards de dettes, ce n’est pas grand-chose.

Mais la beauté de ce programme est qu’il peut se conjuguer à l’infini. Que de niches fiscales à éradiquer, que d’idées à développer, que de taxes à imposer ! Et j’ai toute confiance en notre Président jupitérien pour nous prouver à quel point on peut se faire du fric sur tous ces gens qui ne sont rien…. Mais qui rapportent gros. Vivants ET morts. Et les morts peut-être plus que les vivants.

Il ne faudrait pas oublier que la majorité des trépassés ont été euthanasiés. C’est autant de retraites en moins à payer.

Et la beauté de la chose, c’est qu’on aura difficulté à le prouver.

9 avril 2020 © Laurence Esbuiée

1NF = niche fiscale

2Source : Science et Politique : https://crioux.wordpress.com/2010/09/22/combien-de-co2-lhumain-produit-il-juste-en-respirant/