Echec d’une pandémie 2.0

La photo mise en avant a circulé sur les réseaux sociaux dès octobre 2020. Visiblement à Disney Paris, ils savaient dès octobre 2020 que nous allions être reconfinés de nouveau début 2021.

Quand on parle d’échec avec le Covid-19, ce qui est bien c’est qu’on peut le voir de deux façons différentes : soit l’échec du gouvernement à prendre des mesures sanitaires efficaces soit l’échec in-fine du désir gouvernemental d’en finir avec la liberté des citoyens.

D’ailleurs Macron ne s’en cache pas. Le 14 octobre 2020 quand il décide qu’un couvre-feu est nécessaire pour endiguer l’épidémie – sous-entendant par là que le virus ne se déplace que la nuit – il rajoute : « On s’était progressivement habitué à être une société d’individus libres. » On ne peut guère faire plus clair.

Car il est de fait que si on regarde l’année écoulée, toutes les mesures prises par le gouvernement Macron pour endiguer la pandémie se sont révélées contre-productives : d’abord interdiction de l’hydroxychloroquine, déclarée soudain dangereuse au bout de 70 ans d’utilisation sans dommage alors que de nombreux rapports la déclarent efficace tout comme l’ivermectine d’ailleurs1, puis les frontières laissées grandes ouvertes au motif que « le virus n’a pas de passeport » (dixit Macron) puis obligation du port d’un masque dont l’utilité est si peu démontrée qu’il y a une notice sur chaque boîte qui stipule que le masque bleu dit « chirurgical » n’a pas pour but d’arrêter le moindre virus, puis enfin fermeture de tous les magasins dits « non essentiels » comme les librairies, les lieux de vie comme les salles de sports ou les bibliothèques, la distanciation sociale partout y compris en rase campagne sauf dans les transports en commun bondés et les lieux de travail considérés comme « essentiels »…

Cette gestion calamiteuse nous amène donc naturellement à penser qu’il ne s’agit pas d’atermoiements ou d’erreurs mais bel et bien d’une volonté de nuire de la part du gouvernement Macron et plus globalement de la majorité des gouvernements occidentaux. Les raisons en sont multiples : effondrement acté d’une économie mondiale à bout de souffle, asservissement total du peuple qui sera pucé, traqué par drones puis par les nano-particules injectés dans le « vaccin » obligatoire à terme, destruction de la classe moyenne, mise en œuvre d’une dictature à la chinoise et eugénisme avec l’assassinat des vieux dans les Ehpad à coups de Rivotril et des autres citoyens par manque de soins.

Mais il est possible que le plan de l’État Profond ne se passe pas aussi bien que les mondialistes l’auraient souhaité. Là encore, il existe deux choix possibles : croire en la version officielle ou la remettre en question.

La version officielle est très simple : comme l’a fait remarquer le 1e Ministre Castex : « Il y a un virus, un vilain monsieur invisible qui nous fait du tracas.» En conséquence de quoi, l’enfermement de la population, un peu de paracétamol et la fin de 90 % de nos libertés sont les seuls remèdes viables. Si nous sommes bien gentils, nous devrions à terme endiguer les cinq vagues successives du Covid – avec l’aide d’une thérapie génique obligatoire, cela va de soi.

On peut aussi partir d’un autre point de vue et faire un constat tout simple : l’OMS est une société financée par des états et des gens riches qui n’ont pas pour but d’éradiquer la maladie. La preuve ? Bill Gates est son deuxième donateur, lui dont la fondation a financé l’OMS jusqu’à 46,8 milliards de dollars en 2018. 2 Or on sait que Bill Gates est un eugéniste convaincu qui ne s’en cache d’ailleurs pas.

A la Conférence TED2010 de Long Beach en Californie, au tout début de son discours, Bill Gates déclare : « Voyons d’abord la population. Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards de gens. On se dirige vers environ 9 milliards. Or, si nous faisons un excellent travail sur de nouveaux vaccins, soins de santé, services de santé reproductive, nous pourrions abaisser cela de peut-être 10 ou 15 %. » 3

Donc les nouveaux vaccins n’ont pas pour but d’éradiquer la maladie mais d’abaisser la natalité !

D’ailleurs, comme l’a très justement souligné le Professeur Raoult, personne en 40 ans n’a trouvé de vaccin contre le SIDA !

Michèle Rivasi, députée européenne, le dit à l’antenne de RMC : « Le système de santé est complètement pourri. Les labos achètent tout le monde. »

Et là-dessus elle fait une énumération complète de nos ministres de la Santé et de leurs liens avec les labos pharmaceutiques.

A voir :

Klaus Schwab dans son livre « Covid-19 : la grande Réinitialisation » écrit sans ambages que le virus a pour but ultime de changer définitivement la société : « Au moment où nous écrivons ces lignes (juin 2020), la pandémie continue de s’aggraver à l’échelle mondiale. Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale. Pour faire court, la réponse est : jamais. (…) Mais ces mesures (comme la quarantaine) ont été l’une des premières formes de ‘santé publique institutionnalisée’ ayant contribué à légitimer ‘l’accumulation du pouvoir’ par l’État moderne. »

Quand on sait que Klaus Schwab est le fondateur du Forum de Davos, on comprend mieux que les « jamais » et « accumulation du pouvoir » sont les deux mamelles de sa Grande Réinitialisation.

Une fois cela souligné, il est temps de se pencher sur l’avis de vrais virologues, pas les médecins subventionnés par les labos pharmaceutiques ou les pantins du Forum de Davos.

Car ce que Klaus Schwab et ses petits amis n’ont pas anticipé, c’est que du fait de la mise en place d’une mondialisation dont ils se sont fait eux-mêmes les chantres, la résistance qui allait s’organiser allait être mondiale aussi.

Quand le Professeur Luc Montagnier a déclaré que le virus Covid-19 avait été créé artificiellement, il a provoqué une onde d’indignation et on l’a déclaré sénile. Quand le Dr Li-Meng Yan, spécialisée en virologie et en immunologie à la Hong Kong School of Public Health, a affirmé la même chose et en a apporté les preuves, tous les médias ont naturellement dit que les preuves avaient été trafiquées.

Il est certain qu’apporter la preuve irréfutable de l’origine humaine du Covid-19 est difficile à une époque où seul la voix officielle a droit au chapitre. Mais il est en revanche beaucoup plus difficile de contester le peu de fiabilité du test PCR grâce auquel toute notre économie est à l’arrêt.

L’un des plus grands avocats au monde, Reiner Fuellmich, membre de la commission d’enquête allemande sur le Covid, a monté un réseau d’avocats internationaux dans plus de 60 pays. Il s’est associé à Robert Kennedy (neveu de JFK) pour une plainte internationale contre l’OMS. 4 Reiner Fuellmich explique que le Covid19 n’est pas plus dangereux qu’une grippe et que les cas Covid sont provoqués artificiellement pour maintenir les gens dans la peur.

Le Canard Enchaîné affirme quant à lui que 63% des personnes positives aux tests rapides ne sont pas atteintes du coronavirus.

Au final, l’OMS elle-même admet enfin dans une publication du 17 décembre que le Test COVID19 PCR présente un problème dans le diagnostic… ce qui n’est pas nouveau, si l’on prend en compte que des fruits ont été testés positifs au Covid-19, comme en atteste l’expérience du Président de la Tanzanie sur une papaye.

Si enrayer la pandémie et venir au secours du peuple avaient été le premier soin de Macron, il n’aurait jamais autorisé que 30 % des lits de réanimation soient supprimés en pleine pandémie durant la période mars-avril 2020 en Île-de-France comme le dénonce le Canard Enchaîné.

Mais l’exagération de la pandémie était nécessaire pour nous faire accepter le vaccin et la perte de toutes nos libertés… une poussée dictatoriale que contestent de plus en plus de médecins qu’ils soient français comme la généticienne, ancienne directrice à l’INSERM Alexandra Henrion-Claude, les Professeurs Christian Perronne, Luc Montagnier, Didier Raoult, Eric Chabrière, Henri Joyeux et Jean-François Toussaint, les docteurs Louis Fouché ou Laurent Toubiana lequel affirme clairement que « La menace n’existe pas ; on la fabrique» ou ceux qui vont à l’encontre de la doxa ambiante comme le docteur Hélène Rezeau-Frantz qui prescrit des antihistaminiques  avec succès sur le Covid-19. Mais ils peuvent être chinois, américains ou allemands comme le directeur de l’Institut de virologie de l’hôpital universitaire de Bonn, Hendrik Streeck, qui critique la stratégie de la peur face au coronavirus et enjoint les peuples à retourner à une vie normale.

Et c’est peut-être là le réel échec de la pandémie voulue par les mondialistes du Forum de Davos, par les Attali, Soros et consorts : selon l’épidémiologiste britannique Neil Ferguson qui avait fait des estimations, on devait s’attendre à des millions de morts. Rien que sur le sol britannique, il en espérait jusqu’à 1/2 million . C’est pourquoi il fallait confiner tout le monde d’urgence.

Or, on a bien vu avec la Suède qui n’a jamais confiné, que leur taux de mortalité est sensiblement égal au nôtre et qu’il n’y a jamais eu des millions de morts en Europe. D’ailleurs qui de nous saurait que nous sommes en pleine pandémie si on ne nous le matraquait pas à longueur de temps sur toutes les antennes ? Personne. Une vraie pandémie comme la peste au 14e siècle a tué une personne sur trois. Autour de nous qui est mort du Covid ? Personnellement je ne connais aucun cas et c’est aussi vrai pour toutes mes connaissances et collègues.

Manque de chances pour les artisans de notre malheur : les chiffres de la mortalité – toutes causes confondues – sont en train de tomber. Il semblerait qu’en 2015 il y ait eu plus de morts qu’en 2020 ! Ceux du Covid-19 sont sans appel : d’après Disclose TV, 0,02 % de la population mondiale serait morte du virus, soit moins de 1,8 million !

D’après l’ONU et l’OMS eux-mêmes entre le 1e janvier et le 1e mai 2020, le Covid-19 a tué plus de 237 000 personnes ; le cancer plus de 2 millions 700 000 !

D’après l’INSEE, il y a eu 613 500 décès en 2019 et 667 400 décès en 2020 soit 53 900 décès de plus cette année ce qui représente donc + 9% en 2020 par rapport à 2019. Mais 53 900 décès sur 67 millions de personnes représentent un pourcentage de 0,08% de la population totale… autant dire RIEN si l’on prend en compte qu’on a tué à coups de Rivotril des personnes âgées dans les Ehpad, qu’on a refusé de soigner les malades hors service de réanimation, qu’on a rendu les soins plus difficiles voire impossibles et que les suicides induits par ce climat anxiogène et liberticide qui a interdit l’accès à l’université aux jeunes et l’accès à leurs lieux de travail à beaucoup d’indépendants sont en hausse dramatique.

D’ailleurs la chaîne Décoder l’éco le dit clairement : pour les moins de 50 ans, le Covid-19 n’a pas d’incidence. Les jeunes ont plus de risques de mourir d’un attentat ou d’un accident de voiture que du Covid : 15 minutes à voir absolument.

Donc c’est réellement cela l’échec de cette pandémie pour les mondialistes : qu’elle n’ait pas réussi à faire plus de morts, à augmenter la létalité de façon dramatique. Et que les fameux vaccins…. ne marchent pas et sont mortels !

Car depuis la vaccination en masse en Angleterre, dès le mois de décembre 2020, les autorités sanitaires britanniques ont déconseillé le vaccin Pfizer à tous ceux qui sont sujets aux allergies. Et malgré 1,3 million de personnes vaccinées, les chiffres du Covid sont repartis à la hausse à cause d’un « variant » et l’Angleterre de Boris Johnson est reconfinée entièrement jusqu’à mi-février. En Israël, le ministère de la santé indique que près d’un million de personnes ont été vaccinées depuis le 20 décembre et 1/1000 a eu des effets secondaires… et ce n’est que la 1e injection !  La Norvège vient de citer le cas de 23 personnes décédées suite à l’injection du vaccin Pfizer. Au Québec, Gisèle Lévesque, la 1e Canadienne à avoir reçu le vaccin Pfizer vient de… contracter le Covid-19. De toute manière, être vacciné n’exempte pas des gestes barrières, du masque et de la distanciation sociale… on se demande donc quel est son intérêt.

Il est donc possible que le but de ce vaccin Pfizer, en-dehors de faire faire des bénéfices records aux labos pharmaceutiques, soit de rendre la maladie plus contagieuse et de tuer davantage de personnes, rendant une dictature sanitaire par là même plus facile pour les gouvernements.

En attendant, la dette de la France atteint le chiffre calamiteux de 2 700 milliards d’euros et la loi d’urgence sanitaire pérenne qui nous obligera à tous nous vacciner est prévue le 19 et 20 janvier dans l’agenda de l’Assemblée Nationale.

Difficile de savoir ce qui va advenir dans les prochaines semaines. Une chose semble sûre : il en va de notre survie. Si nous acceptons l’idée qu’une pandémie doit nous empêcher de vivre normalement, alors nous sommes condamnés à une vie de zombies. 

Ou il ne nous restera bientôt plus que le suicide comme seule issue.

                                                                                                   Laurence Esbuiée©16 janvier 2021

___________________________________

Notes

1https://trialsitenews.com/argentinas-ivercar-ivermectin-carrageenan-study-shows-positive-results-targeting-covid-19/

2https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/06/24/est-il-vrai-que-bill-gates-est-proprietaire-d-une-partie-de-l-oms_6044030_4355770.html

3 www.ted.com/talks/bill_gates.html, aux environs de la 4e minute : « The world today has 6.8 billion people. Now, if we do a really great job on new vaccines, health care, reproductive health services, we could lower that by, perhaps, 10 or 15 percent. »

4https://www.medias-presse.info/le-nuremberg-des-crimes-contre-lhumanite-du-covid-19-souvrira-bientot-3eme-partie/125761/