La balade des Confinés

( photo prise à Marseille en mars 2020 durant le 1er confinement )

Poème1

Mon Roi, dirent un jour les ministres de la Santé Agnès et Olivier
A leur maître Jupiter 1er  Il faut urgemment reconfiner
Covid fait ravage Et ce, vous le savez, dans toute la contrée

Résolu à faire du virus barrage, Jupiter le Susnommé
Ôta au peuple le droit de respirer, de se marier et d’aimer
Nulle liberté ne serait plus aux manants accordée Telle fut sa volonté

Fini l’accès aux plages, les longues marches en forêt et des rues la libre fréquentation
Ou le droit de réunion et la militante expression. Ce serait décapitation ou vaccination

Usés, vous serez, dit le Roi. Confinés, asphyxiés et masqués
Toutes festivités annulées De Noël à Pâques et à la Trinité
Utiles à la nation, vous serez. Ou du Rivotril, vous mourrez.

Comme la mesure anti-Covid ne suffisait bien sûr toujours pas,
Ordonnance promulguée par la Grande Loge instamment spécifia

Nul ne pourrait s’opposer à Œdipe Roi ou à Big Pharma
Nul ne survivrait autrement qu’intubé, vacciné en réa

A ces mots, épouvanté, le ministre Olivier s’exclama
Roi, de suicide plus que de Covid le peuple mourra

Décret fut aussitôt passé De désespoir mourir fut agréé
Pourvu que ce fût par Big Pharma dûment sanctionné

Or le gueux rançonné, appauvri et marri s’en irait peut-être protester
Ulcéré et meurtri pour finir éborgné, mutilé, n’ayant à grand-peine survécu
Doctement au virus fatal Que pour être religieusement décapité en la rue
Régi sans qu’il le sût par l’Islam radical
Et les LBD du Nouvel Ordre Mondial.

Laurence Esbuiée©30 octobre 2020

N.B : le poème est un acrostiche. Je ne devrais sans doute pas le préciser mais on s’amuse comme on peut en ces temps de plandémie.