Le Maire et les barbares de E. Szeftel

LE MAIRE ET LES BARBARES

de Eve Szeftel

La première émotion que j’ai ressentie durant les premières pages, ce fut une colère froide. Et puis à la fin vint l’illumination. Je venais de comprendre enfin comment un Macron avait pu être élu, comment nous pouvions avoir des Agnès Buzyn pour ministre de la santé, des Sibeth N’Diaye comme porte-parole du gouvernement, des préfets Lallement ou des ministres de l’Intérieur comme Castaner.

Une révélation, vous dis-je.

Mais commençons par le commencement. Sous forme de petit jeu…

Ville de Bobigny (Seine- Saint-Denis) recherche…

.

Poste à pourvoir à partir de 2014

                 Profil retenu

Recherchons un(e) chargé(e) de mission « politiques urbaines », Attaché(e) territorial(e) de catégorie A, salaire de 2 820 euros nets par mois + primes : soit une rémunération de 3500 € nets par mois.

Possibilité de location d’un F3 à Bobigny pour 570€ mensuels.

Profil retenu : Lynda Benakouche

Née le 20 janvier 1984

Compagne de Jean-Christophe Soumbou n°2 du clan des barbares qui a torturé puis assassiné le jeune Ilan Halimi.

A eu 2 enfants « parloirs » avec Soumbou alors en prison.

Porte le voile intégral. (jilbab)

Diplôme lors de son recrutement : brevet professionnel.

Casier judiciaire : en 2005 a enlevé une jeune femme, l’a déshabillée avec l’aide d’une complice et violée avec un tournevis. La victime aurait fait une fausse couche.

En plus de son salaire, touche 431 euros d’allocations familiales. Rémunérée au 11e échelon de la grille d’attaché territorial normalement accessible après 20-26 ans d’années d’expérience dans le grade.

Et c’est sans compter les 8 000€ de subventions qu’a reçu son association « Crescendo ».

Août 2017 :Recherchons vice-président(e) de l’office HLM .Devra travailler en collégialité, participer et redynamiser le Conseil d’Administration, en partenariat avec les élus de la ville de Bobigny.

           Profil retenu : Khadija Gibier

Fondatrice de « Gestion école langue arabe » en 2011, elle reçoit 50 000 euros de subventions pour une école fantôme et quelques chaises, Candidate UDI de JC Lagarde aux municipales. Milite activement pour la construction d’une mosquée, où un gala a lieu dans une salle municipale mise gratuitement à sa disposition. Elle est proche du salafiste Nader Abou Anas.

Recherchons pour un poste de « chargé de mission contrôle et évaluation de la logistique » une personne capable de superviser la gestion du parc automobile municipal de Bobigny.

           Profil retenu : Medhi Maalem

Frère de Rachid Maalem, trésorier de la campagne municipale de l’UDI 2014.

Connu pour prêter ses voitures de fonction aux copains en fuite.

Ex : va prêter sa voiture de fonctionà Jaroslaw Gruszka dit Yarik, membre du gang Véron, activement recherché pour une série d’attaques de dépôts d’argent, avec un mort à la clé en 2011.

Medhi sera mis en examen pour « complicité de transport » « abus de confiance » « recel de malfaiteurs » condamné en mars 2018 à 6 mois de prison avec sursis. A fait appel. Est donc suspendu de ses fonctions quelque temps mais est toujours employé municipal,

Recherchons Directeur général adjoint pour la Mairie de Bobigny. Le candidat sera en charge du développement territorial comprenant les directions de L’urbanisme, du Logement et de l’habitat, de l’Economie et de l’emploi, de la Salubrité Publique , et des Sports.

Le candidat retenu sera embauché comme « ingénieur en chef de classe normale, 10e échelon » normalement accessible entre 16 à 22 ans d’ancienneté. Avec primes comprises, rémunération de 6000 € mensuels.

            Profil retenu : Kianoush Moghadam

Recruté avec un diplôme master 1 d’urbanisme, il a émargé jusqu’en juin 2018 à plus de 6 000 euros. Puis sera nommé en 2019 « directeur de la prospective urbaine et de l’action territoriale ». .
Fidèle du député Jean-Christophe Lagarde dont il fut l’assistant parlementaire jusqu’en 2014.
Ami proclamé de Soumbou, le n°2 du clan des barbares.
Assistant parlementaire de Lagarde, il sera chargé de distribuer l’argent du budget parlementaire à des associations ciblées. Son association « Alliance » en bénificiera.

Connu pour violences, tabassage, menaces. A pour habitude de passer ses nerfs sur les assistantes de direction au motif notamment qu’elles ne sont pas voilées.

Ex :Ouided Ben-Hadj se voit débarquée de son poste et jetée à la rue. Idem pour Malika Kaddour. Le problème ? « Elles sont trop laïques  et refusent de jouer le jeu de l’Oumma »

Menaces contre Sabrina Saïdi au motif qu’elle serait peut-être à l’origine de tracts dénonçant la corruption régnante au sein des services municipaux de Bobigny et notamment les accointances de Bartholmé et de Moghadam avec Soumbou, du clan des Barbares.

 

Bon, on l’aura compris : ce n’est pas comme ça que ça marche. Bien entendu, c’est dans le sens inverse. Toute personne amie avec le maire se verra octroyer un poste et une rémunération bien au-delà de ses capacités ou de son niveau d’études.

Et la liste naturellement ne s’arrête pas là.

Pas grave, c’est l’état qui régale.

Enfin, dans l’histoire, copains du maire, peut-être pas. Car l’étude de Eve Szeftel démontre que le maire, Stéphane de Paoli, est en fait un élu de pacotille. Conducteur de travaux, 44 ans, il n’avait jamais fait de politique avant les municipales de 2014. Bien que né à Bobigny, il n’y est revenu qu’à son divorce en 2012, soit 2 ans avant les municipales et n’était donc pour la ville qu’un illustre inconnu. Il n’adhère au parti « Force Européenne Démocrate », composante de l’UDI du député Lagarde qu’en 2012.

Alors pourquoi l’a-t-on choisi, lui ?

Parce que c’était un mâle blanc, dans une liste dominée par des Français issus de l’immigration. Le vote communautaire fait peur et mobilise l’électorat facho. Il fallait donc trouver une tête de liste blanche. L’histoire a prouvé qu’il était plus intéressant pour une liste communautaire de noyauter les listes électorales existantes plutôt que de partir de zéro.

Oui, vous avez bien lu. On a choisi de Paoli parce que c’était un homme et qu’il était blanc.

Rachid Maalem, le trésorier UDI de la campagne municipale, n’en fera d’ailleurs pas mystère : « On a ramé pour le trouver : à Bobigny, il n’y a plus de Blancs, ça manque de diversité. »1

En fait, c’est Christian Bartholmé, le 1e adjoint au maire, directeur de cabinet et bras droit du député Lagarde qui, à mi-mandat, devait prendre la place de Paoli. Mais il sera poursuivi pour violence morale en réunion contre l’ancienne adjointe, Sabrina Saïdi en juillet 2014.

Qu’à cela ne tienne. Il s’attribuera 2 délégations clés : les finances et les ressources humaines qui lui permettront de contrôler la ville. Il cumule son indemnité d’élu de Bobigny avec son salaire à plein temps à la mairie de Drancy. Mais derrière lui, se profile le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde.

C’est lui qui, en tant que vice-président de l’Assemblée Nationale, aura près de 600 000 euros de budget pour sa circonscription ; 400 000 iront à des associations de Bobigny dont la majorité à des associations musulmanes. Patron de l’UDI face à l’ancien ministre de la Défense, Hervé Morin, il va missionner son propre avocat pour défendre la mairie de Bobigny contre les attaques de Sabrina Saidi,

Et derrière tout ce beau monde, on retrouve…. les Américains et Soros.

Incroyable, n’est-ce pas ?

« Humanity in Action » a été créée en 2005. Mission ? Faire émerger des « leaders » issus de la « diversité » via des conférences, formations et bourses. Reçoit des financements de l’IDF, de « l’Open Society Foundations » de Soros, du Conseil Général de Seine-St-Denis et de beaucoup d’autres donateurs…

Parmi les câbles diplomatiques américains mis en ligne par le site WikiLeaks à l’automne 2010, un rapport rédigé par l’actuel ambassadeur des États-Unis en France, Charles H. Rivkin, souligne plusieurs points dont leurs objectifs pour la France  : utiliser le multiculturalisme pour assujettir des nations souveraines. 2

C’est « Humanity in Action » qui a initié le collectif « Stop le contrôle au faciès » dans lequel on retrouve Rachid Maalem et Sihame Assbague, la « décoloniale » notoire dont elle est l’ancienne porte-parole.

En bref, que du beau monde à la mairie de Bobigny.

Et en filigrane, l’enquête démontre que si Bartholmé et Moghadam ont soutenu Jean-Christophe Soumbou avec une telle vigueur – Moghadam dira notamment à Sabrina Saïdi : « Je vais t’expliquer un truc : le mari de Lynda c’est mon ami. On se sent responsable vis-à-vis d’elle. » – ce n’était pas par altruisme. C’est que Craps (surnom de Soumbou) condamné à 18 ans de prison en 2009 pour le meurtre d’Ilan Halimi, a suivi les élections de sa prison et en a même influencé le cours grâce aux nombreux appels aux copains donnés de son portable. La rumeur veut qu’il n’ait jamais craqué ni dénoncé ses complices malgré la pression. « Il s’est en quelque sorte sacrifié ».

Ce qui signifie en fait que nombreux sont ceux qui auraient dû être en taule avec Soumbou pour le meurtre d’Ilan Halimi.

En lisant le livre de Eve Szeftel, j’ai bien ma petite idée.

Quoi qu’il en soit, Soumbou s’est donc rendu contre la promesse que ses copains l’aideraient à sortir avant 2024 et s’occuperaient de sa famille. Les copains ont donc aidé Bartholmé et Lagarde à prendre le pouvoir ; et ceux-ci en retour ont dû s’occuper de Craps et des musulmans.

Ce livre, ai-je dit au tout début, a été une révélation. Car Bobigny n’est pas un cas isolé. On n’arrive pas aux manettes du pouvoir grâce à son talent mais grâce à sa corruption.

Et si l’on doit en croire le bilan qui sera fait du gouvernement Macron notamment pour sa gestion de la pandémie – gestion qui a tout du sabotage et de la haute trahison – Bobigny est un microcosme de ce que nous vivons au plus haut niveau de l’état : corruption, népotisme, affiliations douteuses, soutien aux islamistes, sabordage de la nation France, représailles, rançons et pour finir des milliers de morts.

Un doute ? Et si on parlait de Buzyn et de son mari Lévy ? De l’interdiction de la chloroquine ? De l’absence de masques ?

Et dans le rôle de Stéphane de Paoli à la tête de l’état, je verrai bien le banquier Macron. La place n’est pas si mauvaise si l’on échappe à la justice : en plus de son indemnité d’élu de 4500 €, de Paoli continuait à percevoir une allocation chômage de 1 851 euros nets par mois.

Aujourd’hui une infirmière stagiaire qui se sacrifie pour soigner les patients Covid-19 à l’hôpital ne gagne que 90 centimes d’euro nets de l’heure soit à peu près 50 € par mois pour mettre sa vie en danger.

Quelle conclusion tirer de tout cela ? C’est à chacun qu’il appartient d’en décider. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai bien ma petite idée. Mais si c’est là le « nouveau monde » voulu par Macron et le « nouvel ordre mondial » institué par Attali et Soros, peut-être serait-il temps de s’y attaquer. Il en va de notre survie.

                                                                               Laurence Esbuiée©15 avril 2020

1 Rachid Maalem à Sabrina Kassa, cité par Perrine Cherchève et Mathias Destal dans Marianne : « Bobigny : la gestion folle du nouveau maire » 10-16 octobre 2014.