Macron et le sceau de la Bête

La vidéo est extraite d’un entretien qui a eu lieu le mardi 14 avril 2020 entre Emmanuel Macron, président français, et Roula Khalaf, rédactrice en chef du « Financial Times », et Victor Mallet, chef du bureau parisien du Financial Times.

On savait Emmanuel Macron déjanté – voire même probablement sous influence – depuis son fameux discours cette année sur les vacances « apprenantes » et l’histoire de la cale et du jambon ; on le savait aussi porté au mysticisme grandiose depuis son fameux discours de campagne de 2017 où, pris d’une ferveur quasi religieuse, il avait hurlé Porte de Versailles : « Parce que c’est notre projeeeet ! » On le savait franc-maçon et sa lente marche devant la Pyramide du Louvre au soir de sa victoire n’a fait que le confirmer.

Mais là, on atteint des sommets car il est question ici de la Bête de l’Apocalypse…Je cite ici non la Bible mais les propres mots de Macron: « La Bête de l’événement est là… elle arrive…qu’il s’agisse du terrorisme ou de cette grande pandémie…. Il faut rester disponible à l’événement pour que survienne quelque chose de nouveau… qui nous permette d’inventer quelque chose de nouveau pour notre humanité… c’est-à-dire un équilibre nouveau sur ce qui est l’être au monde… comprendre ce qui paraissait incroyable. Il faut accepter que ça nous change sans pouvoir tout dire sur ce que ça change en nous. »

J’ai intentionnellement ôté de son discours toutes les références à nos libertés et à la nation. On sait très bien que c’est là le paquet d’emballage. Macron n’a que faire du concept de nation et de nos libertés. Chaque jour qui passe nous le prouve un peu plus. Ce qui est intéressant, c’est l’idée mise en avant qu’il faut à terme « accepter l’arrivée de la Bête et ce que ça change pour nous sans que nous sachions en quoi cela va nous transformer. »

Il faudrait cependant être aveugle pour ne pas s’apercevoir que les changements qui se sont succédé ces vingt dernières années l’ont été au détriment de nos libertés les plus fondamentales. « L’arrivée de la Bête » a donc un lien avec cette « plan-démie » du Covid-19. Il l’admet lui-même du reste.

Ce qui est surprenant, c’est que Macron se soit allé à ce genre de confidence. Quand on reçoit des journalistes politiques, ce n’est pas pour parler de prophéties bibliques. De deux choses l’une : ou il est tellement camé qu’il ne sait plus ce qu’il dit ou le plan du Nouvel Ordre Mondial se déroule tellement bien qu’il n’y a plus aucune raison de s’en cacher. Quoi qu’il en soit, si l’on se réfère à la Bible, Apocalypse chapitre 13 décrit deux bêtes qui vont s’élever et prendre le pouvoir dans les derniers temps. La première, qui est désignée dans la Bible comme « la bête », est une force politique qui va régner sur terre dans les derniers temps. 

« Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation. Et tous les habitants de la terre l’adoreront. »

Sympa, hein, le petit programme de Macron, lui qui sourit béatement à l’idée de l’arrivée de la bête ?

La deuxième bête est l’Antéchrist.

« Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. »

Ne dirait-on pas une référence au fameux vaccin anti-Covid et la puce RFid qui va avec, cette fameuse marque ?

Et ce sourire niais, à la limite de la démence, qu’a Macron quand il dit : «  Il faut rester disponible à l’événement pour que survienne quelque chose de nouveau… »

Réalise-t-il que depuis qu’il est arrivé au pouvoir, bien des choses nouvelles se sont produites en effet mais qui toutes annonçaient le déclin de notre civilisation? Comme les incendies qui se multiplient, notamment ceux des églises, les meurtres gratuits en nette hausse qui touchent toutes les villes et qui dans leur immense majorité sont perpétrés par de « pauvres migrants », la pauvreté que le Covid-19 va encore accentuer, la perte massive de nos libertés les plus fondamentales comme celle de pouvoir respirer, de se réunir et de se déplacer librement ?

Réalise-t-il seulement que Notre-Dame de Paris a survécu à deux guerres mondiales, plusieurs révolutions, plusieurs occupations militaires mais que deux ans de son règne  jupitérien ont failli avoir raison de 800 ans d’histoire?

Oui, bien sûr qu’il réalise, il est fier d’être le fer de lance de la Bête qui lui permet « d’inventer quelque chose de nouveau pour notre humanité… »  Une guerre en Méditerranée, un Liban exsangue où il va se pavaner, un Proche-Orient décimé, une nation française qui ne produit même plus de quoi se nourrir ? Oui, bien sûr qu’il est fier de cet « équilibre nouveau » du monde… « Il faut accepter que ça nous change sans pouvoir tout dire sur ce que ça change en nous » comme le vaccin obligatoire et létal, la loi dite bioéthique ave les chimères et les avortements au 9e mois de grossesse, les chemtrails, les pesticides de Monsanto, la 5G et la puce RFid à l’image de la bête.

Alors oui, on finit par « comprendre ce qui paraissait incroyable. » C’est sûr qu’au soir des élections 2017, aucun d’entre nous n’aurait pu penser que le nouveau président allait se faire le chantre de l’Antéchrist. D’ailleurs, je n’y aurais jamais pensé s’il ne l’avait ici admis lui-même.

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai peur… A-t-il déjà le nombre 666 tatoué quelque part sur le corps ? 

 

Laurence Esbuiée© 15 août 2020

 

Fête de l’Assomption