Pilleurs d’état de Philippe Pascot

Sorti en 2015, ce livre sur les pilleurs d’état que sont nos élus n’a pas pris une ride. Pourtant Macron lors de sa campagne l’avait dit et répété : lui président, il allait créer un « nouveau monde » avec « de nouvelles pratiques ». On allait voir ce qu’on allait voir…

On a vu.

On ne reviendra pas sur l’abrogation de l’ISF et la mise en place du rabot de 5 € sur les APL des plus démunis, ni sur la CSG des retraités, ni sur les 500 000 euros de porcelaine que Brigitte nous a fait dépenser, ni sur les tentures de l’Elysée ou les 40 000 euros de la piscine du fort de Brégançon, ni sur les 440 000 euros par an alloués à la même Brigitte Macron probablement comme douaire car sinon on ne voit pas bien, ni sur le fait que l‘Elysée a dépassé son budget initial de plus de 5 millions d’euros en 2018 selon un rapport de la Cour des comptes, ni sur le scandale de François de Rugy blanchi par ses collègues et toute la classe politique en fauteuil, ni sur les 21 ministres qui ont fait l’objet de «rectifications fiscales » en 2018, ni sur la douzaine de membres LREM qui ont fait l’objet d’informations judiciaires comme Muriel Pénicaud, Alexis Kohler, Alexandre Benalla, Françoise Nyssen, Richard Ferrand, Jean-Jacques Bridey, Laura Flessel, François Bayrou, Marielle de Sarnez, Sylvie Goulard, M’Jid El Guerrab, Mustapha Laabid ni sur… Bon, vous voyez le tableau.

Non, on peut relire « Pilleurs d’état » de Philippe Pascot avec le sentiment exaltant d’avoir saisi à quel point le nouveau monde de Macron est au moins l’égal de l’ancien.

Pour ceux qui en douteraient encore….

pilleurs d’état Pascot

L. Esbuiée – 27 juillet 2019