Qu’est-ce qu’un Morlock ?

Le terme de Morlock vient de l’ œuvre de science-fiction de H.G Wells : “The Time Machine” :

Pour ceux dont ce n’est pas le cas, en voici un bref résumé : L’explorateur spatio-temporel arrive dans un lointain futur et s’aperçoit que les êtres humains se sont divisés en deux espèces bien distinctes : les Morlocks, prédateurs carnivores et habitants du monde souterrain et les Eloïs, espèce touchante de par sa puérilité enfantine, incapable de pensées élaborées et … mets de choix pour les Morlocks qui les dévorent au coucher du soleil. HG Wells commentait cette évolution : « Tout d’abord, procédant d’après les problèmes de notre époque actuelle, il me semblait clair comme le jour que l’extension graduelle des différences sociales, à présent simplement temporaires, entre le Capitaliste et l’Ouvrier ait été la clef de la situation. Je voyais une réelle aristocratie, armée d’une science parfaite et menant à sa conclusion logique le système industriel d’aujourd’hui. Son triomphe n’avait pas été simplement un triomphe sur la nature, mais un triomphe à la fois sur la nature et sur l’homme. »

Et notre écrivain de conclure : «  Ces Eloïs étaient simplement un bétail à l’engrais, que, telles les fourmis, les Morlocks gardaient et qu’ils dévoraient – à la nourriture duquel ils pourvoyaient même. »

Si ça, ce n’était pas de la prémonition, qu’était-ce donc ? Bien sûr, c’est son histoire que j’ai gardée en mémoire pour expliquer tous ces faits que je ne comprenais pas, tout en y apportant quelques petites modifications. Dans mon histoire personnelle, les Morlocks se sous-divisent en 2 groupes distincts, les Morlocks jupitériens – les alpha dominants, riches, puissants, investis du pouvoir – et les Morlocks plutoniens – radicalisés, haineux, violents, formant les rangs d’une 5e colonne qui ne dit pas son nom grâce au principe de victimisation érigée en mode de pensée ; et de l’autre côté, les Iloïs, une espèce plus monolithe mais avec quelques fissures parce que certains sont en voie de mutation : ce sont encore des Iloïs mais qui ont largement accrédité les théories morlockes au point de s’en faire les fervents champions.

J’ai également transformé le mot « Eloi » de la version originale en « Iloï » pour 3 raisons : je ne voulais pas que Eloi ou Eloïse, deux jolis prénoms, finissent pas être synonymes d’abruti et ensuite parce que c’est ainsi que Wells en anglais devait prononcer le mot, non pas « Eloi » mais « Iloï »( avec tréma sur le 2e ‘i’ comme dans Hanoï) . Enfin «Iloï » ressemble au mot grec « Ilote », nom que les Spartiates donnaient à leurs esclaves dans l’Antiquité. Et d’ailleurs j’utiliserai les deux noms dans les exposés qui vont suivre.

Dernière différence mais de taille, dans mon récit, les Morlocks ne sont pas les descendants dégénérés et cruels de la classe ouvrière mais bien les maîtres d’œuvre du monde d’aujourd’hui. Et les Iloïs bien sûr ce sont tous les contribuables – quelle que soit leur religion –- qui veulent vivre en paix sur nos terres et ne tapent sur personne. Sauf naturellement si ce sont des mutants.